Quand les mèmes DEVIENNENT UNE AFFAIRE SERIEUSE

par Charles Mougel | Catégorie : Actualités, Relayer

Couverture du livre "communication and smart technologies"
Communication et Technologies intelligentes.

la mémétique comme
STRATEGIE DE COMmunication POLlitique
aux États-Unis et en Équateur
https://link.springer.com/chapter/10.1007/978-981-16-5792-4_9

<<
Le modèle de convergence des médias fait référence à un contexte dans lequel
l’information est produite par tout un chacun, sans intermédiaires ni filtres.

Cela offre des possibilités nouvelles pour les citoyens et les politiques
pour interagir et pour cadrer des situations.
Une manière de faire est d’utiliser la mémétique.

Les mèmes ont 3 caractéristiques principales :

  • Diffusion au niveau micro mais façonnage de la structure macro de la société ;
  • Utilisation des éléments culturels que les gens peuvent potentiellement imiter ;
  • Voyage à travers la compétition et la sélection.

Pour les mèmes politiques, PEU de recherches ont été menées.

LA question de recherche est alors :
> COMMENT les mèmes PERMETTENT aux prosommateurs
d’interagir et d’exprimer leur opinion sur les politiciens ?

Prenez les mèmes
au sérieux
[s’ils sont d’accord],
et allez vous battre.



La présente enquête basée sur une analyse multimodale
compare les mèmes entre les États-Unis et l’Équateur
lorsque les anciens présidents ont été bannis des réseaux sociaux.

Elle conclut que les mèmes de discussion publique
sont les préférés des prosommateurs ;
ils utilisent des objets culturels
pour créer des blagues situationnelles
et se moquer des politiciens.

Ces mèmes imitent au lieu de créer de nouveaux messages,
sont restreints sur les sujets et génèrent des significations polarisées.
>>
Source : https://link.springer.com/chapter/10.1007/978-981-16-5792-4_9



#NDLR : On pourrait alors se demander ce que donnerait ces nouvelles pratiques, utilisées par des Thinkthanks plus ou moins ouverts, avec un ajout de critères de sélections plus sérieux comme par exemple, la fiabilité de l’info, l’irréfutabilité, l’aspect novateur, certain, ou potentiel d’une proposition politique ou d’un feedback lié aux situations réellement vécues tel que ressenties sur le terrain.
Les situations sources des moqueries circulant le mieux étant potentiellement reliables à des solutions utiles [à…], comme à la communauté méméticienne, oupa

–CM

Dominique Guillo : La culture, le gène et le virus

par Bertrand Biss | Catégorie : Livres, Relayer

Le darwinisme va-t-il « phagocyter » les sciences sociales ? Depuis quelques décennies, les explications néo-darwiniennes de l’esprit, de la société et de la culture s’installent durablement dans le paysage intellectuel international, appuyées sur le développement considérable de la biologie de l’évolution, des sciences cognitives et de l’éthologie. Toutefois, elles ne parviennent pas à s’imposer dans le champ qu’elles prétendent révolutionner : celui des sciences sociales, qui les rejettent en bloc en invoquant souvent les affinités que ces théories présenteraient avec des idéologies inégalitaires et discriminatoires.
S’il est incontestable que certaines théories de l’homme et de la société inspirées par le darwinisme ont pu servir de paravent à pareilles idéologies, une telle posture critique n’est guère suffisante. D’abord, parce ces théories présentent de très nettes différences. Ensuite, parce qu’une critique scientifique solide ne peut s’établir que sur une rigoureuse évaluation interne, théorique et empirique des modèles.
Tel est l’objectif de cet ouvrage, qui porte sur l’un de ces paradigmes néo-darwiniens actuels, nommé « mémétique ».

Auteur :
Sociologue et historien des sciences, Dominique Guillo est chercheur au CNRS (GEMAS). Il travaille dans une perspective transdisciplinaire sur l’articulation de la biologie et des sciences sociales, sur les théories sociologiques et anthropologiques néo-darwiniennes, sur les représentations populaires de l’évolution et du vivant, et sur les interactions homme / animal (chien).

Critique de Valéry RASPLUS

Claidière Nicolas : Théories darwiniennes de l’évolution culturelle

par Bertrand Biss | Catégorie : Relayer, Thèses

Théories darwiniennes de l’évolution culturelle : modèles et mécanismes
M. Claidière Nicolas
nicolas.claidiere@normalesup.org

Thèse de Doctorat de l’université Pierre et Marie Curie
Spécialité : Cerveau Cognition Comportement
Sous la direction de M. Dan Sperber, directeur de recherche, directeur de thèse soutenue le 03 juillet 2009.

Télécharger le pdf

 

Lire la suite

Vidéo – Dan Sperber – Les traits culturels comme réplicateurs : le programme Mémétique

par Charles Mougel | Catégorie : Relayer

Source : Interview vidéo par Peter Stockinger de Dan Sperber en 2002 à la Maison des Sciences de l’Homme

Dan SPERBER est directeur de recherche au CNRS, membre de l’Institut Nicod.

Il est anthropologue et psychologue, spécialiste de l’étude de la relation entre la cognition et la culture. Il travaille sur une conception cognitive de la communication sous le nom de Théorie de la pertinence ainsi que sur une conception naturaliste de la culture sous le nom d’épidémiologie des représentations.  Lire la suite

Susan Blackmore : La théorie des mèmes

par Pascal Jouxtel | Catégorie : Livres, Relayer

Qu’est-ce qui distingue les hommes des animaux ? Le langage ? La raison ? La conscience ? La créativité ? Et s’il ne s’agissait là que de leurres ? Et si la spécificité de l’homme, c’était avant tout son incroyable capacité à imiter ses semblables ? Nous sommes, déclare Susan Blackmore, des machines mimétiques contagieuses. Tandis que les gènes utilisent le corps humain dans leur lutte pour la suprématie des caractères physiques, les mèmes colonisent nos cerveaux pour dominer nos comportements, nos habitudes, nos croyances. Or si l’altruisme, la foi, le langage, l’amour, nous sont commandés de l’extérieur, peut-on encore dire que le Moi existe ? Un livre culte qui embrase le monde scientifique international. Diplômée d’Oxford, psychologue et spécialiste de la conscience, Sue Blackmore enseigne la mémétique à l’université de Bristol, en Angleterre.

Derniers commentaires

Renaud

|

Egalement merci pour cette introduction libre. Que le Grand Mème vous accompagne.