Café mémétique le 13 mai

par Bertrand Biss | Catégorie : Actualités, Cafés mémétique

Café mémétique du 13 mai : de 16h à 20h, chez Bertrand.

Au menu :
Comme d’habitude, le but premier de ces cafés étant de faire plus ample connaissance, une place sera donnée aux échanges libres et naturels, aux partages de remarques, d’expériences et de références.

C’est aussi une belle occasion pour que de nouvelles têtes nous rejoignent.

Nous pensons aussi aborder ces points :
 …

– retour sur le reportage de France24 et sur les différentes sémantiques qui se développent pour les mots mèmes et mémétique. Ce sera l’occasion de préciser encore notre positionnement, voire de proposer des actions à mener pour expliquer et corriger ces phénomènes.
– discussion autour du « plagiat involontaire » et du processus de création : est-ce qu’il y a autre chose que du remix d’éléments culturels et de la sélection (par l’imagination, les contraintes du réel, etc…) ?
– organisons-nous un séminaire en 2012 ? où, quand, sur quelle(s) thématique(s) en particulier ?

16 rue Rouvet 75019 Paris code 1448A

Commentaires (4)

  • yoananda

    |

    Bonjour,

    j’essaye de trouver des informations sur les phénomènes de contagion sociale, en l’occurrence appliqués a l’économie.
    Pour poser ma question, je dois expliquer un peu le contexte. J’ai lu Howard Bloom, c’est de la que je connais la mémétique. Dans un autre cadre, je me suis intéressé a la dette (au sens économique). Et j’ai constaté que peu de personnes comprennent ce qu’est la dette, la monnaie, les intérêts, etc…
    Et j’ai constaté que depuis la crise beaucoup d’idées fausses se propagent, sur la dette.

    D’une manière plus générale, on peut constater qu’en économie, la propagation des idées à une influence majeure sur le déroulement historique et l’évolution de la pensée et des systèmes économiques.

    Première constatation : les humains ne sont pas tous aussi intelligents les uns que les autres. Les idées se diffusent d’autant plus qu’elles sont simples. Mais les idées sont aussi déformées et récupérées a des fins de « manipulation » sociale.

    Je me suis donc demandé, et je continue de me demander, comment les idées se propagent ? Il y a la barrière linguistique, la barrière du QI (pour faire simple) … soit. Mais quels sont les mécanismes de propagation ? surtout a l’ère d’Internet.
    Et c’est la ou je voulais en venir, puisque c’est le sujet d’étude de la mémétique. Qu’est-ce qu’on a comme publications sur le sujet ?

    J’ai constaté une chose en étudiant la construction européene. C’est un édifice économico politique très complexe et peu s’y intéressent, et encore moins y comprennent quelque chose. Pourtant l’Europe est une idée répandue. Quels sont donc les mécanismes de propagation et surtout les stratégies d’évitement des barrières des idées ?

    Et j’en suis arrivé a une « observation » : les symboles. Les symboles sont universel et parlent a tout le monde, quelque soit le contexte personnel, quelque soit la langue, quelque soit l’intelligence.

    Voila pourquoi « la chute du mur de Berlin » est si important. C’est un symbole que tout le monde comprends intuitivement, sans même connaître l’histoire complexe qui le sous-tend. Le symbole me semble donc être un sujet d’étude particulièrement pour les méméticiens.

    D’ailleurs, ça ne s’arrête pas la, puisque la pensée symbolique est utilisée par les orientaux dans une approche systèmique. Par exemple, leur approche de la médecine et du corps humain est essentiellement une approche systémique qui utilise des symboles. Ce qui est en flagrante contradiction avec notre pensée cartésienne.

    Voila, maladroitement formulée ma question. Je voudrais savoir ce que la mémétique à a dire des phénomènes de contagion sociale et de l’utilisation des symboles pour y parvenir.

    Répondre

  • Charles Mougel

    |

    Les phénomènes de contagions sociales sont un des phénomènes étudiés en mémétique, il reposent sur la reproduction de codes, ou l’activation de code déjà présents.
    Les symboles sont comme les mots d’un langage, ils facilitent la rapidité de compréhension mutuelle, et permettent de consolider les réseaux (de neurones, mais aussi sociaux).

    Ces sujets sont vastes, et votre commentaire riche, nous pourrions en discuter un peu par email ? (mon mail sur la page accueil / contacter l’équipe)
    Au plaisir de vous lire

    PS : j’oubliais, une piste pour vous, recherchez autour des dissonances cognitives et des biais cognitifs…

    Répondre

  • Jouxtel

    |

    Là on parle du 13 mai, mais il y a un café mémétique prévu ce samedi (7 juillet 2012) à 16h30 avec les fondateurs de la SFM, pour une discussion sur nos modalités de travail et d’intervention. Cela se tient au Collège des Irlandais, à Paris 5e, 5 rue des Irlandais, à côté du Panthéon, vers l’ENS Ulm.
    Est-ce qu’on en parle avant que ça ait lieu ou juste après ?
    ;o)
    Pascal

    Répondre

    • Charles Mougel

      |

      Les deux 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Derniers commentaires

Renaud

|

Egalement merci pour cette introduction libre. Que le Grand Mème vous accompagne.