Sujets de thèse

Ils s’adressent aux étudiants et aux chercheurs qui peuvent librement puiser dedans. Si vous pensez à d’autres sujets, n’hésitez pas à nous faire part de vos idées : elles seront rajoutées à la liste.

Eléments du code mémétique

  1. Etude des mèmes binaires. Quel sorte d’arbitrage exercent, sur nos modes de vie et de pensée, des couples d’opposés comme riche-pauvre, est-ouest, sud-nord, individuel-collectif, local-global, yin-yang, avant-après, dedans-dehors, bien-mal, croyant-athée, jeune-vieux, matière-esprit, centre-périphérie, etc. ? La dichotomie est-elle une tendance naturelle de la pensée ? Est-elle liée au cycle jour-nuit ? Comment nous en affranchir ?
  2. Les chartes de comportement dans les entreprises. Comment se construisent-elles et comment peut-on les faire appliquer ? La notion même d’une charte de comportement a-t-elle un sens ? Pourquoi y en a t-il partout ? Qu’en attend-on réellement ?
  3. Les ultra-dominants : étude de quelques évidences, comme l’existence d’une réalité commune, l’unité du sujet pensant, l’existence d’un droit de propriété, la nécessité de progresser : autant de choses dont on pourrait montrer comment elles se sont imposées par exclusion de toutes leurs alternatives.
  4. Les mèmes récessifs : toujours tus et démentis par la réalisation des solutions pratiques, mais formellement exprimés dans un environnement protégé où ils sont en forte concentration. Exemples : « les ordis nous bouffent la vie », « la norme ISO est un gouffre financier complètement inutile », « on peut vivre et être heureux sans emploi aujourd’hui », « Je ne veux pas utiliser Windows », « un monde sans argent est possible », « les juifs et les palestiniens sont frères », etc.
  5. Les jeux à règles variables. Une nouvelle tendance en ludologie utilise l’idée que les coups joués peuvent être des modificateurs de règles. L’extrême de cette tendance s’intitule nomic, un jeu de réseau consistant uniquement à se mettre d’accord entre joueurs sur les règles du jeu.

Activisme des mèmes en société

  1. La moralisation des flux : recherche de solutions globales par des voies non-structurelles. Etude de plusieurs mèmeplexes à succès. Recherche de la codification minimale qui les définit. Sur quel terrain et par quels processus de réplication se propagent-ils ? Dialogue d’influence entre le niveau global et le niveau local. - Success Story N°1 : Le commerce équitable (cf Association Max Havelaar) : café, thé, chocolat, riz, etc. Prochainement des jouets et des vêtements équitables. - Success Story N°2 : La taxe dite « Tobin » sur les transactions financières. Point de vue du mèmeplexe au-delà des identités humaines qui l’exploitent. - Success Story N°3 : Le tri sélectif des déchets : mythes et réalités. Comment la propagation surmonte les obstacles pratiques.
  2. La régulation des naissances : un processus biologique culturellement piloté. Rétroaction des mèmes sur le comportement individuel sous forme de lois, modes de vie, slogans, modèles familiaux, techniques médicalisées, rumeurs et idées reçues, tabous religieux et culturels, systèmes d’incitation financière, etc. Liens avec la protection de l'espèce face à la limitation de ses ressources.
  3. La publicité idéologique. Utilisation croissante du système de fonctionnement de la publicité et de ses dérivés modernes (sponsoring, événementiel, viral) par des associations et des causes humanitaires ou politiques. Approche quantitative de l’espace-temps socio-médiatique et des ressources utilisées par des memeplexes non-marchands.
  4. Les rumeurs gouvernementales démenties. Utilisation de la rumeur et des réactions qu’elle suscite comme procédé évolutionniste d’élaboration de solutions à des problèmes complexes. Par exemple : la suppression des jours fériés, comme alternative à la taxation du vin ou du tabac (automne 2003).
  5. L’attitude face à la mendicité. Quand je donne et quand je ne donne pas. En fonction de quels déterminants et dans quelles circonstances ? Evolution, innovation et réplication de code à l’intérieur du discours de la mendicité urbaine. Panorama des différents systèmes logiques, des algorithmes  de décision qui permettent de régler sa propre conduite. Influences des paramètres sociaux.

Mémétique du langage

  1. Les invariants grammaticaux. Eléments SVO (sujet-verbe-objet). Eléments de conjugaison des verbes. Les six personnes, et notamment la première personne du singulier : comment sont-elles devenues dominantes dans le langage ?
  2. Les expressions populaires contagieuses et datées. « C’est de la balle. Trop comment je la kiffe. Tu m’étonnes ! C’est celâ, oui... Bonjour les dégâts ! Il est vénère. ». A voir sous l’angle de la réplication pure et sous celui du ciment communautaire. Des travaux abondants existent. L’étude peut s’étendre à des formulations plus techniques, comme « feuille de route » ou « donner du sens ». Elle peut s’étendre à des clichés de la presse écrite, comme « Darwin fait son cinéma » ou « Vous avez dit mémétique? ». Voir aussi le sujet « mécanismes de stabilisation n°1 ».
  3. Résolution de l’objection de Sperber/Chomsky. Reconstruction d’une suite événementielle ressemblante après codage, transmission et décodage au prix de pertes d’information élevées entre l’émetteur et le récepteur. Filtrage du signal par le référentiel du récepteur. Utilisation d’un cadre mémétique.

Phylogenèse culturelle et création d’univers

  1. Les instruments de musique. Evolution des instruments de musiques très primitifs (anthropologie, musicologie). Percussions, cordes, vents : trois familles au démarrage de l’arbre ?
  2. Taxonomie des métiers. Traditions corporatives et enseignements. Evolution des noms de fonctions dans les entreprises. Transformation des noms. Apparition et disparition des métiers.
  3. Histoire de la presse. Comment se divisent les catégories de journaux ? Evolution du nombre de titres par catégorie. Description d’un terrain social favorable au développement de certains titres. Classification des espèces selon leur tirage, leur longévité, leur degré d’identification culturelle, etc.
  4. Les systèmes de punitions appliqués aux enfants. Comment se propagent-ils dans le tissu social et éducatif ? Comment les innovations se propagent-elles ? Comment de très vieux systèmes fonctionnent encore ? Ce sujet peut être aussi abordé dans « éléments du code ».
  5. La spiritualité en kit. Livres, disques, bâtonnets d’encens, figurines, moulins à prières, rosaires, pendentifs, outils de divination, ioniseurs d’atmosphère, on trouve tout dans les supermarchés de la foi. Effet « grande surface » similaire des portails web au niveau théorique.
  6. Le piercing et le body-art. Comment génère-t-il une sub-culture, avec sa presse et ses commerces ? Questionnement possible autour du tabou de la transformation du corps à l’aide de corps étrangers, relativisation de la perception bourgeoise traditionnelle. Approche de la niche écologique d’un mèmeplexe. Raisonnement élargi à propos du tatouage tribal et ses résurgences urbaines.
  7. La norme ISO. Comment s’impose-t-elle par contagion ? Comment impose-t-elle ses mèmes parmi ceux qui régissent les processus de l’entreprise ? Approche des éléments du code ainsi que du cycle de reproduction.
  8. Le recrutement et la culture d’entreprise. Comment expliquer que des systèmes de codes touchant profondément la manière de penser et d’agir se maintiennent sur des durée largement supérieure au turnover moyen des salariés ?
  9. La modernité du passé. La place du marché, la Nuit des contes, la danse devant le feu de bois... Enquête sur les rituels vieux de dizaines de milliers d’années encore présents aujourd’hui pour mettre en lumière la longévité de certains mèmes.

Propagation des formes

  1. L’achat d’espace publicitaire. Contrôles des ressources spatio-temporelles dédiées à la prolifération des messages et intégrées à l’espace social. Mise en relation des annonceurs et de leurs produits avec ces canaux. Rapprochement avec le cycle de vie mémétique. Point de vue du réplicateur sur les règles de gestion et de choix.
  2. Influence du degré de codage symbolique d’une image sur sa réplication. Lorsqu’une forme est représentée graphiquement un grand nombre de fois, il est possible d’établir un lien entre le degré de « codification » ou de schématisation de cette forme et sa faculté de se propager.
  3. Les pics de distribution des prénoms. Selon quels processus d’interaction sociale faible un prénom apparaît-il ou réapparaît-il, puis connaît-il invariablement un pic avant de retomber à un niveau de sommeil ?

Mécanismes de stabilisation

  • Exemple de la stabilisation des histoires drôles, des contrepèteries, des palindromes, des coïncidences, des légendes et des slogans, par équilibrage entre la rareté de la solution et la réplication exponentielle de ses copies.
  • Mécanisme de l’ascenseur social en lien avec le sport, basé sur la popularité de l’exploit. Biais et dérive des records sportifs. Modèles de sélection. Impact de la renommée des vedettes sur les jeunes (par exemple crânes rasés [pour masquer le dopage] qui se sont imposés chez les jeunes).
  • Déformation de notre vision du monde par la sur-médiatisation des situations anormales au détriment des situations normales. Présences comparées, au cinéma, de l’employé de bureau et du serial killer. Amplification et théâtralisation de l’alerte. Fonction exercée par ce décalage pour la survie d’une communauté.
  • Raisonnements basés sur la présence (réelle ou supposée, construite ou naturelle, saine ou pathologique) d’anomalies dans une distribution statistique. Exemple de la superstition chinoise selon laquelle il y a plus de décès le 4 du mois. Goût pour les coïncidences.

Derniers commentaires

Renaud

|

Egalement merci pour cette introduction libre. Que le Grand Mème vous accompagne.